Un blog du Groupe des Belles Feuilles

En 2003 éclatait en France un mouvement inédit de protestation chez les chercheurs, pourtant réputés jusque-là pour n’être qu’une communauté animée par des intérêts trop divergents, entre disciplines, pour trouver une voix commune. Ce mouvement s’élevait contre la réduction de plus de 500 postes et leur remplacement par des contrats à durée déterminée. Il attira l’attention de la presse sur la situation de la relève de la recherche française de demain, caractérisée par une forte précarité. Plus récemment, le gouvernement actuel et la ministre Valérie Pécresse ont veillé à montrer leur intérêt pour la question en annonçant une hausse du budget de la recherche et en commandant un rapport qui leur est spécifiquement dédié. L’intérêt pour les jeunes chercheurs semble donc relativement récent et encore modeste.

Les travaux qui ont les « jeunes chercheurs » pour objet s’intéressent principalement aux conditions matérielles des jeunes chercheurs, à leur insertion dans la vie professionnelle. Naïma Ghermani, maître de conférence en histoire à l’Université de Grenoble et membre du Groupe des Belles Feuilles, se propose d’examiner les principaux problèmes qui affectent les « jeunes pousses ». Le texte intégral, disponible ici, est la version française d’une intervention en allemand prononcée lors d’une conférence à l’université de Wittenberg, le 9 avril 2008. Ce colloque intitulé « Nachwuchsförderung in der Wissenschaft : Forschungsdesiderata und –Projekte » (“Soutien aux jeunes chercheurs : requisits et projets”) était conjointement organisé par le Ministère de l’Education et de la Recherche allemand (BMBF) et l’Institut für Hochschulforschung Wittenberg (IHW, Université de Halle). Il fondait sa réflexion sur un récent rapport du Ministère allemand de la recherche sur la situation des jeunes chercheurs et sur les moyens de promouvoir une recherche hautement qualifiée et compétitive (voir le projet “Kisswin“). La conférence s’interroge sur la situation des jeunes chercheurs en France.

Quel est l’état de la recherche en France sur la situation et les perspectives de jeunes chercheurs ? Dans quels domaines de ce champ d’étude une recherche plus approfondie serait souhaitable, afin de fonder des recommandations utiles ?

Accéder au site du Groupe des Belles Feuilles pour lire l’intégrale de la synthèse sur la situation des jeunes chercheurs en France.

L’auteur de la synthèse, Naïma Ghermani, est normalienne, agrégée, docteur en histoire et Maître de conférences à l’Université de Grenoble, et membre du Groupe des Belles Feuilles.

Marc Foglia

Author :
Print